Comprendre la monnaie, son rôle et ses fonctions

Le mot « monnaie » est bien évidemment connu de chacun. Le plus souvent, on l’utilise pour définir les quelques pièces que l’on a au fond de la poche, lesquelles serviront à payer la baguette de pain du jour. Mais économiquement parlant, le mot « monnaie » a un sens bien plus large que celui que nous lui donnons, avec de multiples fonctions.

Que signifie le terme « Monnaie » ?

Le terme « monnaie » est défini par les économistes comme tout ce qui est susceptible d’être accepté dans le cadre du paiement d’un bien, d’un service ou d’un remboursement de dettes. Ce qui signifie que l’argent qui est dans votre poche, sur votre compte en banque, sur votre livret d’épargne etc… est de la monnaie. En bref, tout ce qui peut très rapidement et facilement être transformé en numéraire (pièces et billets) est considéré comme monnaie.

Numéraire et patrimoine ?

Vous comprendrez donc aisément que la monnaie est donc plus large que le numéraire mais ne constitue qu’une partie de ce que l’on appel le patrimoine ou la fortune, ces deux derniers termes ayant le même sens. En effet lorsque l’on parle du patrimoine de quelqu’un ou de sa fortune, on comptabilise non seulement la monnaie qu’il possède mais également tout les autres actifs comme:

  • Ses biens immobiliers: cela peut être du terrain, des appartements, des maisons, des immeubles, des locaux, des garages, des places de parkings etc…
  • Ses biens mobiliers: c’est à dire les voitures, les meubles, les oeuvres d’arts ou encore les titres comme les actions et les obligations.

La monnaie n’est pas un flux mais un stock

Autre chose, lorsque l’on évoque le revenu d’une personne, on parle de « flux de gains monétaires » auquel on ajoutera bien évidement une unité de temps, par mois, par an etc… et non de la monnaie directement. Pourquoi ? Parce que cet argent n’est pas encore en possession de la personne puisque ses revenus futures ne sont pas encore transformables en numéraire.

La monnaie est donc au final un stock, vos revenus passés sont de la monnaie car ils ont d’ors et déjà été « stockés » sur votre compte en banque (en supposant que cet argent n’ai pas encore été investi, c’est à dire transformé en patrimoine 😌), alors que vos revenus à venir ne sont encore qu’un flux.

Les 3 grandes fonctions de la monnaie

1. Faciliter les échanges

Contrairement à l’économie de troc (échange de marchandise contre marchandise), la monnaie permet d’acquérir un bien beaucoup plus facilement et surtout très rapidement ! En effet car dans un système de troc, un médecin par exemple ne pourra se nourrir que s’il trouve des fournisseurs alimentaires à soigner, ce qui signifie qu’il ne pourra que très rarement manger. Cette situation le poussera à cultiver un potager lui même ce qui prend du temps qui ne sera donc plus consacré à soigner les personnes malades.

Cet exemple a pour but d’exprimer la complexité que serait la vie de chacun dans une économie de troc. Je tiens à rappeler que cette économie de troc existe bel et bien dans certaines zones arriérés du monde et revient régulièrement dans les périodes de pénuries dans les pays développés. Pour vous donner un exemple concret, pendant la seconde guerre mondiale, en France, les pneus rechapés et l’essence (deux produits extrêmement rares) étaient des moyens d’échanges très courant.

Donc dans une économie de troc, le coût de transaction (temps passé à rechercher une contrepartie qui possède ce que l’on souhaite et qui recherche ce que l’on a) est considérable comme nous pouvons l’imaginer. C’est pourquoi l’introduction de la monnaie dans une économie change radicalement la donne, le médecin soigne les personnes prêtent à le payer et utilisera cet argent pour l’échanger contre de la nourriture et tout autre besoin. De ce fait, chacun gagne du temps et le médecin peut se consacrer pleinement à soigner les personnes qui en ont besoin.

La monnaie augmente donc de manière significative l’efficacité économique en minimisant considérablement le temps passé à échanger et donc de permettre à chacun de contribuer au mieux aux besoins de la société en faisant ce qu’il sait faire de mieux. Pour reprendre notre exemple, le médecin n’a plus besoin de délaisser les malades pour jouer les maraichers afin se nourrir. C’est le vrai maraicher, qui lui a une expertise dans ce domaine, qui permettra au médecin de se nourrir.

2. Mesurer la valeur

La monnaie permet effectivement de mesurer la valeur des biens et services de la même manière que l’on mesure le poids en grammes ou encore le volume en litres. Reprenons l’économie de troc pour bien comprendre.

En admettant qu’il n’existe que trois biens et services pour simplifier les choses, par exemple les tomates, les soins médicaux et les DVD. Dans ce cas nous devons connaître trois prix relatifs afin de permettre les échanges: le prix des tomates en DVD et le prix des soins médicaux en DVD. Donc imaginez le nombre de prix relatifs qu’il faudrait établir pour la totalité des biens et services existant dans le monde.

La monnaie permet donc de n’avoir qu’un seul prix par produit et évite ainsi cette complexité infini qui consisterais à connaître combien il faut de x biens pour acheter le bien y.

3. Être une réserve de valeur

La monnaie a l’avantage de ne pas se périmer avec le temps contrairement à certains biens qui serviraient dans une économie de troc comme les fruits et légumes. Ce qui signifie que la monnaie, donc le pouvoir d’achat, peut être épargné indéfiniment. Un revenu perçu n’a plus a être dépensé obligatoirement rapidement (contrairement à un fruit ou un légume) mais peut attendre le moment où l’on a le temps et le désir d’acheter.

D’autres réserves de valeurs existent bien entendu tel que les terres, les maisons, les actions, les obligations etc… Certaines offrent même plus d’avantages que la monnaie car elles permettent de rapporter un intérêt qui s’apprécie avec le temps, c’est à dire que leur prix augmente. Alors pourquoi détenir de la monnaie si certains actifs sont de meilleurs réserves de valeur ?

Pour répondre à cette question il est nécessaire d’employer un terme important en économie: la liquidité. Ce terme se traduit simplement par la facilité et la rapidité à laquelle un actif peut être transformé en monnaie donc en instrument d’échange. La monnaie est donc l’actif le plus liquide car elle est directement utilisable pour acheter un bien ou un service. En revanche tout autre actif sera moins liquide que la monnaie et demandera donc plus de temps (coût de transaction) pour être utilisé dans le but d’acheter quelque chose.

Si on prend l’exemple d’un bien immobilier comme une maison, sa revente impliquera des frais de transactions et le processus prendra au minimum plusieurs semaines. Dans le cas d’une action, elle peut aujourd’hui, grâce à la rapidité de l’informatique, être vendu et transformée en monnaie en quelques secondes seulement. Une action est donc un actif moins liquide que la monnaie mais plus liquide qu’une maison.

Tout ce qui a été dit dans cet article peut peut-être paraître logique après lecture mais la monnaie est aujourd’hui quelque chose de tellement banale dans nos vies de tous les jours que beaucoup de gens en oublie ses principes. J’espère en tous cas que cet article vous a permis d’éclaircir et d’élargir votre vision de la monnaie.


Monnaie-banque-et-marches-financiers

Le chapitre sur la monnaie dans l’ouvrage de Frederic Mishkin « Monnaie, banque et marchés financiers »  m’a beaucoup inspiré pour la rédaction de cet article.

 

 


Articles de même catégorie:


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !

La Blockchain, tous concernés !

L’explosion d’internet depuis le tout début des années 2000 a complètement changé notre mode de vie, nous poussant à s’informer différemment, à gérer nos finances différemment, à écouter de la musique différemment, à dépenser différemment etc… et tout ça de manière beaucoup plus rapide, à la vitesse d’un click de souris ! Beaucoup de personnes (comme moi) ont grandi dans cette vague depuis l’adolescence, d’autres l’ont subi (les générations précédentes) et les derniers baignent dedans depuis leur naissance (la nouvelle génération). La vitesse avec laquelle la digitalisation progresse nous dépasse tous plus ou moins, et pour les plus réticents d’entre nous à intégrer pleinement cette vague, il va falloir encaisser très rapidement une deuxième vague, celle que Stéphane Loignon appel « la seconde révolution d’internet »: la blockchain.

La naissance de la Blockchain

Satoshi Nakamoto… Voici le nom (ou plutôt le pseudonyme, son vrai nom n’étant pas connu) que vous devez retenir afin d’être en mesure de répondre à la question suivante: qui a inventé la blockchain ? Ne me demandez pas si cette personne est un homme ou une femme, son sexe semblerais absolument méconnu malgré certaines rumeurs…

Tout commence le 1er novembre 2008 lorsque S. Nakamoto publie un message  dans « The Cryptography Mailing List » (liste de diffusion de spécialistes en cryptographie). Dans ce message elle/il explique avoir, je site: « travaillé sur un nouveau système de cash électronique pair à pair (qui signifie d’ordinateur à ordinateur, ndlr), sans tiers de confiance. » Elle/il argumente ensuite en mettant en avant le fait que « la double dépense est rendue impossible au sein d’un réseau pair à pair, qu’il n’y a pas d’émetteur de monnaie ni d’autre tiers de confiance » et que « les participants peuvent être anonymes ».

Comme quoi rien n’est impossible…

Ce qui signifie que S. Nakamoto venait de mettre sur pied un système que les experts considéraient comme irréalisable jusqu’à ce fameux 1er novembre 2008. En effet, une information envoyée par le biais d’internet est toujours copiée (emails copiés dans la boîte d’envois par exemple), donc il est évident qu’avec de l’argent cette manière de procéder serait impensable du fait que l’on pourrait dépenser une même somme d’argent autant de fois qu’on le souhaite, cette dernière étant infiniment copiable. C’est pourquoi il y a toujours ce que l’on appel « un tiers de confiance » placé au centre d’une transaction entre deux parties (les banques par exemple).

Mais S. Nakamoto ne s’est pas seulement contenté de créer ce système révolutionnaire qui portera très rapidement le nom de « Blockchain » (chaîne de blocs) que nous verrons plus en détail par la suite, mais a également mis en place à travers ce système la monnaie virtuelle que nous connaissons tous aujourd’hui: le bitcoin. Cette cryptomonnaie, à travers la blockchain, s’échange donc de manière complètement décentralisée, sans aucun intermédiaire de confiance avec la certitude que la personne qui envoie un Bitcoin le possédait bien avant et ne le possède plus après.

Le fonctionnement de la Blockchain

La Blockchain est tout à fait comparable à un gigantesque registre dupliqué dans le sens où chacun possède son propre exemplaire dans lequel est recensé toutes les transactions effectuées. Dès lors qu’une personne y inscrit quelque chose (un transfert de bitcoins par exemple), tout le monde est en capacité de le voir car ce qui vient d’être inscrit apparaît sur ce grand livret et donc sur l’exemplaire de chacun (concrètement, afin de vous faire une idée, vous pouvez directement voir ici et en direct les transactions de bitcoins.)

Chaque opérateur sur la blockchain possède une « clé publique » qui équivaut tout simplement à une sorte de RIB. Cette clé publique est constituée d’environ 34 caractères contenant des chiffres, des lettres majuscules et minuscules.

Capture d’écran 2019-06-03 à 07.57.29

La photo ci-dessus est un historique de transaction effectué d’une personne à deux autres personnes. À gauche nous pouvons lire la clé publique de la personne qui envoie les Bitcoins et à droite, celles des deux personnes qui ont reçu ces Bitcoins.

Les transactions sont regroupées en blocs ce qui permet de valider toutes les transactions qui composent ce bloc en une seule fois. Ces derniers sont reliés par la suite les uns aux autres ce qui, vous l’aurez compris, forme cette fameuse chaîne de block.

Les 6 étapes de l’itinéraire d’une transaction pour mieux comprendre

blockchain bitcoin transfert

  1. Xi Jinping envoi un Bitcoin à Donald (il fallait bien trouver deux exemples 😉
  2. La transaction, son code numérique, son montant et l’heure à laquelle elle a été effectuée sont enregistrés dans un bloc au milieu d’autres opérations.
  3. Toutes les transactions du bloc sont ensuite vérifiées par les membres du réseaux qui entrent en compétition (être le « mineur« ) pour le valider. (En savoir plus sur le minage et sur comment devenir mineur de Bitcoin.)
  4. Dès lors que le block est validé, il rejoint la chaîne des blocs précédemment validés.
  5. Donald reçoit le Bitcoin envoyé par Xi Jinping.
  6. L’opération ainsi que toutes celles du bloc fraîchement validé sont conservées dans un registre crypté auquel tout le monde a accès.

Les utilisations futures de la Blockchain

Nous connaissons tous la blockchain à travers le bitcoin, d’ailleurs beaucoup de personnes font encore régulièrement l’erreur de confondre les deux en associant systématiquement la blockchain au bitcoin. Donc rappelez-vous bien que le bitcoin est un actif et que la blockchain est la technologie qui permet de faire circuler cet actif.

Une erreur également commise consiste à penser que la technologie blockchain ne peut que être utilisée dans le cadre de transferts de cryptomonnaies. Ces personnes sous-estiment grandement la puissance de la blockchain… Voici quelques exemples qui illustrent la puissance de la blockchain et les révolutions futures qu’elle apportera et qu’elle apporte d’ors et déjà:

  • Paiements/transfert d’argent

Nous venons de le voir avec le Bitcoin mais il existera à l’avenir certainement d’autres monnaies électroniques de ce genre. Payer avec une monnaie circulant à travers la blockchain est une sécurité bien supérieur à celle des cartes bancaires (n’oublions pas que beaucoup d’entreprises se font régulièrement pirater les numéros de cartes bancaires de leurs clients) et permet à chacun de bénéficier de faibles frais de transaction, ce qui est d’autant plus interessant dans le cas des paiements à l’étranger.

  • Mutuelles et assurances

Pour ce type d’organisme la blockchain présentera plusieurs avantages comme la transparence (données enregistrées dans des registres consultables par les différentes parties), l’automatisation des remboursements (versement instantané d’une certaine somme lors d’une panne d’un matériel ou bien d’un accident)

De grands groupes tel que Axa, Allianz ou encore IBM s’intéressent déjà depuis un certains temps à ces questions d’automatisation. On pourrait donc facilement imaginer que le domaine des assurances évoluera certainement très prochainement vers les solutions offertes par la blockchain.

  • Cloud décentralisé

Les quantités de données astronomiques détenues par les grandes entreprises sont jusqu’à présent stockées sur des serveurs centralisés et donc vulnérables au hacking. Souvenez vous des 500 millions d’utilisateurs de Yahoo ainsi lésés en septembre 2016, ou encore plus récemment les données de 29 millions d’utilisateurs de Facebook volées en octobre 2018…

Des solutions ont déjà été mises en place par des start up avec le développement de « cloud distribué ». Ces systèmes permettent de ne plus avoir de centralisation des données mais de les héberger dans les nombreux ordinateurs des participants en utilisant la technologie blockchain afin de sécuriser les fichiers.

  • Droits d’auteurs

Que ce soit la musique, la photographie ou encore le journalisme, ces domaines sont confrontés depuis les débuts d’internet à de nombreux soucis de piratage de contenu, privant les artistes de leur juste rémunération. Malgré les lois mises progressivement en place contre le téléchargement illégale, il est impossible d’éliminer complètement ce fléau.

C’est pourquoi encore une fois la blockchain serait et sera dans les années qui viennent un moyen infaillible pour palier à ces problèmes. De nombreuses start up, que ce soit aux États-Unis, au Royaume-Unis ou encore en Israël sont d’ors et déjà en mouvement en inventant de nouvelles façon d’automatiser le reversement aux artistes des droits d’auteurs via la blockchain, à travers des « smart contracts » (« contrats intelligents » en français). Ceci afin de rendre aux artistes les parts du gâteau manquantes.

Pour aller plus loin…


Ce ne sont là que quelques exemples de ce que permet la blockchain mais cela vous donne une idée de l’éventail des possibilités que nous offre cette technologie. Si ce sujet vous intéresse (et nous devons tous nous y intéresser), je vous invite vivement à lire l’ouvrage de Stéphane Loignon qui s’intitule « Big Bang Blockchain ». Ce livre a largement inspiré cet article et vous donnera une présentation beaucoup plus concrète de la blockchain et de ses possibilités.


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !

Combien de temps faut-il pour devenir trader rentable ?

Avant de se lancer dans le trading, on a tous le même reflex de se poser la question suivante: combien de temps va-t-il me falloir pour vivre du trading, de ma passion ? Le fait de se poser cette question reflète simplement le fait que la nature humaine cherche toujours à gagner de l’argent facilement et rapidement. C’est d’ailleurs pour cette raison que de nombreuses personnes tombent dans le piège des escrocs qui pullulent sur internet et qui profitent justement de cette faiblesse humaine. Je vais donc vous donner à travers cet article quelques éléments qui permettrons de répondre à cette question…

1. Le temps d’acquérir les connaissances

Le temps que prendra la réussite d’un trader sera divisé en deux grandes étapes. La première étape consistera dans un premier temps à acquérir les connaissances nécessaires. Le fonctionnement des marchés, les différents marchés existants, la lecture et la compréhension d’un graphique boursier, l’analyse chartiste, l’analyse technique et tous ses outils, comprendre les fondamentaux économiques, etc…

Le temps que prendra cette étape dépendra bien sûr de vous-même, c’est à dire des moyens que vous vous donner pour acquérir ces connaissances. Il est évident que la personne qui décide d’apprendre seulement en parcourant des forums, en regardant des vidéos youtube ou en lisant un ou deux articles de blog n’ira pas loin. Attention, je ne dit pas que ces pratiques sont inutiles bien au contraire, cependant cela ne sera certainement pas suffisant si l’on souhaite réduire un maximum le temps de notre réussite.

La lecture est un grand pas

Que ce soit dans n’importe quel domaine, si l’on souhaite un apprentissage rapide et profond, il est nécessaire de prendre conscience que l’information gratuite n’est et ne sera jamais un bon plan à part entière. Les plus grands experts de la planète, peu importe le domaine, monétiseront toujours leurs connaissances.

Donc le premier investissement sur lequel se lancer est bien évidement l’achat de livres. Et cela doit devenir une routine, une habitude qui nous suive tout au long de notre vie. Il faut constamment s’alimenter en informations de qualité et en connaissances. Les livres offrent en plus l’avantage d’être peu coûteux comparé à la quantité d’informations que les experts nous partagent à travers ces derniers. Vous trouverez tout en bas de cet article quelques bouquins incontournables si vous souhaitez vous lancer dans le trading.

Donc pour résumer, la lecture est un premier principe indispensable ! D’ailleurs les plus grands de ce monde sont tous, j’ai bien dit TOUS, de grands lecteurs. Le trader novice devra donc impérativement adopter l’attitude de lire régulièrement des ouvrages spécialiser dans le trading afin d’accélérer son apprentissage.

La formation en ligne spécialisée

L’époque dans laquelle nous vivons actuellement est une véritable aubaine. En effet, grâce au développement d’internet, nul besoin désormais de payer des fortunes ou de déménager pour se rendre dans de grandes écoles. L’information et la connaissance peut s’acquérir depuis son propre domicile, simplement face à un écran. En revanche, si votre objectif à terme est de devenir trader au sein d’une grande banque ou même d’un hedge fund, le fait de passer par les écoles classiques sera un atout non négligeable dans la mesure où vous serez amenés à rencontrer de nombreux professionnels qui seront votre seule porte d’entrée à ce monde très fermé de la finance.

Pour un trader qui souhaite travailler pour son propre compte, il lui sera bien plus profitable de passer par la formation en ligne. Attention cependant à ne pas vous lancer tête baissée avec le premier formateur qui apparaitra dans les premiers résultats de recherche sur Google ! Il est important de bien étudier dans un premier temps la crédibilité de ce dernier afin d’éviter ceux qui ne cherchent qu’à vous dépouiller de votre argent, puis dans un second temps si la méthode enseignée correspondra à vos attentes (trading plus ou moins court terme, type de marchés, capital nécessaire etc…).

Pour vous en citer 3 de sérieux, qui ont fait leurs preuves sur la durée et qui ont très bonne réputation, il y a la TKL Trading School (Thami Kabbaj), Alti Trading (Alexandre Leclair) ou encore En Bourse (Sylvain March). Il y en a certainement d’autres mais je préfère donner les noms de ceux dont je suis certains de leur fiabilité.

2. Le temps d’accumuler de l’expérience

Après avoir assimilé une méthode, des techniques, une stratégie etc… Viendra le temps de passer à la pratique. En effet, il est évident que le seul moyen d’apprendre à conduire une voiture est de conduire une voiture, donc il en va de même pour tout le reste et j’ai presque envi de dire SURTOUT pour le trading.

Commencer sans aucune pression

La chance énorme que nous avons aujourd’hui c’est que quasiment tous les courtiers en ligne proposent d’ouvrir des comptes de démonstration. C’est à dire que n’importe qui peut faire du trading avec un capital fictif afin d’avoir une première approche des marchés sans subir le stress de perdre de l’argent.

L’idée avec le compte démo est de tester sa stratégie mais également d’apprendre à se connaître nous même. En effet lors de la phase de formation, tout semble facile au final, mais une fois que l’on se retrouve seul face à des écrans et au coeur du marché qui évolue en direct sous nos yeux, rien est plus pareil. Tout ce qu’on a appris auparavant disparait soudainement de notre tête et on se laisse juste hypnotiser par la danse du marché.

Cette sensation est tout à fait normale et humaine, cependant il va vite falloir reprendre le contrôle de notre esprit afin de commencer à travailler sérieusement. Le trading en démo servira également à prendre les bons automatismes en matière de money management. Le temps nécessaire à consacrer au trading démo dépendra encore une fois de chacun.

Le passage en réel

Ayant souligné l’importance de l’étape précédente qui consiste à bien débuter avec un compte démo, je dois également insister sur le fait que vous devrez passer sur un compte réel le plus rapidement possible. Mais pas n’importe comment non plus…

Pour passer au trading réel il est impératif d’avoir fait vos preuves en démo. Je veux dire par là que vous devrez avoir réaliser une performance bien évidemment positive mais surtout régulière, de préférence sur une durée de 3 à 6 mois consécutifs. Pour reprendre mon cas personnel, lors de mon premier lancement dans le trading réel je me suis rapidement rendu compte que j’avais encore beaucoup trop de lacunes sans avoir une réelle stratégie. Je suis donc retourné en démo plusieurs mois avant de revenir au réel par la suite.

Une autre chose très importante, le trading réel aura un impact psychologique non négligeable du fait de travailler avec votre propre capital. Beaucoup trop de personnes, moi y compris, pensent qu’ils seront capables de travailler de manière identique au démo une fois qu’il passeront au réel. Or, nous sommes très rapidement remis à notre place lorsqu’on encaisse nos premières pertes. L’impact psychologique à travers un sentiment puissant de déception peut dans certains cas conduire un individu à adopter un comportement plus nerveux et complètement irrationnel. Cette spirale négative pourra très vite vous envoyer droit dans le mur, c’est pourquoi vous devrez impérativement commencer en prenant de très faibles risques. En procédant ainsi, vos pertes seront faibles et auront beaucoup moins d’effet sur vous ce qui augmentera vos chances de rester concentré après une perte afin de bien vous focaliser sur le processus qui vous a permis de gagner régulièrement en démo.

Cette phase de transition entre démo et réel prendra plus ou moins de temps en fonction de votre prudence et de votre capacité à gérer vos émotions. Il faut bien marteler dans son esprit le fait que les marchés ne sont pas différents que lorsque vous étiez en train de travailler en démo. Si vous respectez la même stratégie à la lettre, il n’y a aucune raison de ne pas continuer sur la même régularité qu’en démo, la seule différence se trouve au niveau de nos émotions.

L’expérience fera le reste…

Comme tout métier, l’expérience est le moteur qui nous rend meilleur jour après jour en trading. À force d’observation, d’analyse, de concentration etc… de plus en plus de choses se font de manière automatique. Cependant le trader ne doit jamais se reposer sur ses lauriers et doit passer toute sa carrière à régulièrement se remettre en question.

Il ne faut pas oublier non plus que les marchés évoluent et ce qui vous fait gagner aujourd’hui ne vous fera peut-être plus gagner demain ou en tout cas beaucoup moins. Je ne veux pas dire par là qu’il vous faut changer de stratégie tous les mois, mais néanmoins il est impératif de suivre sa performance à la trace et en détail à l’aide d’un journal de trading méticuleusement rempli. Ceci vous permettra de faire naturellement des ajustements afin de maintenir votre performance sur la durée.

Je reviendrai sur cet aspect dans un prochain article car je projette de mettre à disposition très prochainement mon propre journal de trading que je suis encore en train de peaufiner…

Vous pouvez d’hors et déjà me laisser votre adresse mail et vous serez immédiatement tenu au courant lorsque mon journal de trading sera disponible. De plus j’envisage de faire une pré-sortie destinée uniquement aux personnes figurantes dans ma liste de contact afin de leur permettre de bénéficier d’une offre privilégiée ! Si cela vous intéresse, je vous invite à remplir le formulaire disponible ici 😉

Lecture conseillée pour bien débuter en trading:

  1. L’art du trading
  2. Psychologie des grands traders
  3. Stratégies de marché

thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !

Analyse technique: la puissance des bougies japonaises

Les bougies japonaises sont un modèle d’analyse technique développé au 17e siècle afin de prédire l’évolution des cours du riz. L’un des traders les plus connus de cette époque à avoir utilisé ce modèle est Munehisa Homma. Sa maîtrise envers cette méthode d’analyse technique l’a d’ailleurs propulsé en tant que conseiller du gouvernement japonais sur les affaires financières. Cette technique qui consiste à anticiper entre autres les retournements de marchés s’est démocratisé au fil du temps et est aujourd’hui utilisé par tous les opérateurs de marché travaillant essentiellement avec l’analyse technique. En quoi consiste une bougie japonaise et qu’elles sont les principales figures formées par ces dernières qui permettent aux adeptes de l’analyse technique d’anticiper la plupart des retournement des marchés financiers ?

La construction d’une bougie japonaise (appelée également « chandelier »)

Une bougie japonaise est composé d’un « corps » et d' »ombres » supérieur et inférieur. Le corps correspond à la différence entre l’ouverture et la clôture de la période que représente la bougie (daily, 15 minutes, 1 minutes etc..). L’ombre supérieur indique jusqu’où le marché est monté (plus haut) durant cette même période et l’ombre inférieur jusqu’où le marché est descendu (plus bas).

Présentation concrète d’un chandelier

Chandelier

Suivant la forme de la bougie (position et taille du corps, longueur des ombres), cette dernière donnera une information importante au trader suivant où elle se trouve d’un point de vue graphique (indécision des opérateurs, confirmation de la tendance en cours etc…).

Bien évidement, le trader ne basera jamais sa décision sur l’unique figure dessinée par les bougies japonaises. Le trader veillera toujours à ce que d’autres signaux viennent confirmer celui donné par les chandeliers. Nous aurons sans doute l’occasion d’en reparler dans de prochains articles consacrés aux indicateurs techniques. Voyons maintenant les différentes bougies japonaises, annonciatrices d’un potentiel retournement, surveillées de près par les opérateurs de marché.

Les principales bougies de retournement

Le doji
Doji

Le doji est une bougie dont l’ouverture et la clôture sont identiques, en tout cas très proches.

Cette figure marque une grande indécision de la part des opérateurs. Cette indécision est d’autant plus forte si les ombres de part et d’autres sont grandes. Cette figure se situera la plupart du temps sur les sommets et les creux de marché indiquant un potentiel retournement de ce dernier.

Le marteau/marteau inversé et le pendu/étoile filante

Marteaux pendus
Marteau/ Pendu

Cette bougie sera appelée « marteau » quand elle sera située sur un creux de marché après un mouvement baissier du marché. Elle indique un potentiel retournement ou consolidation de ce dernier.

À l’inverse, on appellera cette bougie « pendu » lorsque celle-ci sera situé sur un sommet de marché suite à un mouvement haussier du marché. Elle avertira le trader d’un potentiel retournement du marché ou du moins une consolidation.

Lorsque cette bougie sera inversée après un mouvement baissier, elle sera appelée « marteau

Marteau inversé:étoile filante
Marteau inversé/Étoile filante

inversé » tout simplement.

Dans le cas où elle apparaît après un mouvement haussier, on appellera cette dernière « étoile filante ».

À noter que la couleur du corps n’aura pas d’importance pour ces bougies, la taille de leur corps ne permet pas d’y accorder une attention particulière. Le plus important c’est la taille de leur ombre qui donne une information importante sur la psychologie du marché.

Signal d’achat/de vente ?

L’apparition d’une de ces bougies décrite ci-dessus ne seront en aucun cas à prendre pour signal d’achat ou de vente. Ces bougies avertissent simplement le trader d’un épuisement de la tendance en cours, ce signal devra toujours être confirmé par les bougies qui suivront avant d’être validé par l’opérateur pour prendre une véritable décision.

Interprétation concrète

Capture d’écran 2019-05-12 à 10.59.05
Graphique futur CAC 40 | Données quotidiennes |Source: prorealtime.com
  1. Sur les plus bas nous pouvons observer l’apparition d’un marteau qui devait mettre en garde l’opérateur. Cette bougie indiquait clairement que les acheteurs tentaient de reprendre la main, il fallait donc s’attendre au minimum à une consolidation et ne surtout pas envisager d’ouvrir une position vendeuse tant que aucun signal n’invalidait cette configuration.
  2. Sur la reprise de tendance haussière, on observe en 2 une succession de doji ainsi qu’une étoile filante. La correction annoncé a été assez franche mais n’a jamais cassé le précédent point bas. La tendance reste saine.
  3. Sur les plus haut nous avons l’apparition d’un méli mélo mélangeant dojis et pendus. Le marché ouvre ensuite en gap baissier, casse le précédant plus bas et reprend une tendance baissière par la suite.

On voit bien que le savoir faire qui consiste à lire le marché à travers les bougies japonaises est une compétence indispensable que chaque opérateur qui base sa stratégie sur l’analyse technique doit maîtriser. Il est évident que la prise de décision d’acheter ou de vendre ne sera jamais prise sur la simple apparition d’une bougie japonaise de mise en garde. Un trader devra toujours avoir un maximum de convergences entre ses différents outils d’analyse afin de s’assurer d’avoir les probabilités en sa faveur.

Les bougies japonaises émettent des signaux encore plus puissant lorsqu’elles forment, à plusieurs, certaine figures. C’est ce que nous allons voir maintenant…

Les principales figures de retournement

L’étoile du matin et l’étoile du soir

étoile du matin
Étoile du matin

L’étoile du matin est une figure constituée de 3 bougies et apparaîtra sur les creux de marchés, alertant l’opérateur d’un épuisement de la tendance baissière et annonçant avec une forte probabilité le retournement de ce dernier. La première bougie a un corps noir (ou rouge) important, la deuxième est un marteau ou un doji, et la troisième est une bougie blanche (ou verte) idéalement avec un corps au moins aussi important que la première bougie constituant la figure. Cette figure aura encore plus de crédibilité si le marteau ou doji a ouvert en GAP baissier et que la bougie blanche suivante ouvre en GAP haussier.

étoile du soir
Étoile dusoir

L’étoile du soir est la même figure que l’étoile du matin mais située cette fois-ci sur les sommets de marché. La première bougie est blanche (ou verte) avec un corps important, la deuxième est une étoile filante ou un doji et la troisième est une bougie noir (ou rouge).

L’avalement haussier et l’avalement baissier

avalement haussier
Avalement haussier

L’avalement haussier sera un puissant signal de retournement quand il se situe dans les creux de marché. Il est composé d’une grande bougie blanche qui ouvre en GAP baissier après une dernière bougie noire et clôture au-delà de cette dernière, l’avalant complètement. Cette figure aura encore plus de crédibilité si la bougie blanche avale plusieurs bougie.

 

 

avalement baissier
Avalement baissier

L’avalement baissier relève du même principe mais sera situé sur les sommets de marché. Après une dernière bougie blanche, une bougie noir prend forme en ouvrant en GAP haussier et en clôturant au-delà de l’ouverture de la précédente bougie blanche.

La pénétrante et le nuage noir

pénétrante
Pénétrante

Les configurations en pénétrante se formeront après une tendance baissière, donc sur les creux de marché. Après une dernière bougie noir, la bougie suivante sera blanche, ouvrira en GAP baissier et clôturera après après avoir pénétrer au moins 50% de la bougie noir précédente. Cette configuration ne sera prise en compte seulement une fois validée par la bougie suivante avant d’ouvrir une position. La figure en pénétrante fraîchement formée alertera simplement le trader d’un épuisement de la tendance en cours et sera considéré pour prendre des bénéfices par exemple.

nuage noir
Nuage noir

À l’inverse, le nuage noir sera repéré après une tendance haussière sur les sommets de marché. Le raisonnement est le même que pour la pénétrante, une bougie noire apparaît suite à une dernière bougie blanche. Elle ouvre en GAP haussier puis clôture en réintégrant au moins 50% de cette dernière. Idem, cette simple figure avertira les opérateurs qu’un affaiblissement de la tendance est en cours et il sera donc plus sage de sécuriser des bénéfices, ou bien ouvrir une position vendeuse si la bougie suivante confirme le retournement.

Et enfin, le harami

Harami baissier
Harami baissier
harami haussier
Harami haussier

Le harami est une autre figure importante de retournement et nous finirons par celle-ci. Elle sera située comme toutes les autres sur les extrêmes de marché. Elle est composée d’une dernière bougie dans le sens de la tendance puis d’une autre bougie dont le corps se trouve à l’intérieur de celui de cette dernière. Tout comme la pénétrante et le nuage noir, la bougie suivante devra valider cette figure en prenant la direction opposée à la tendance avant d’initier une position dans le sens du retournement.

Illustrations

Capture d’écran 2019-05-19 à 15.54.59
Graphique du SPY | Données quotidiennes | Source: prorealtime.com
Capture d’écran 2019-05-19 à 16.06.11
Graphique du QQQ | Données quotidiennes | Source: prorealtime.com

À noter…

Ces figures de retournement ne devront être prises en compte uniquement quand elles apparaissent après un marché en tendance. Elles n’auront aucune signification dans un marché évoluant de manière latérale, en zone de congestion. Elles ne doivent pas non plus faire office d’une stratégie à part entière. L’objectif du trader étant de se positionner sur les configurations offrant le plus de convergences qui tendent dans le même sens afin d’améliorer un maximum les probabilités de succès.

Les bougies japonaises représente la base de l’analyse technique aujourd’hui. Massivement utilisées par les opérateurs de marché, savoir lire les bougies japonaises est un avantage à ne pas négliger en trading.

[Cet article a été rédigé en s’appuyant sur des ouvrages comme « L’art du trading« , « Maitriser l’analyse technique » ou encore « Stratégies de marchés« ]


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !

Créer sa station de trading | J’ai fait la moitié du travail pour toi !

Trouver sa première station de trading lorsque l’on souhaite passer de l’amateurisme au professionnalisme est tout aussi excitant que fastidieux. En tout cas c’est comme ça que je l’ai vécu et j’imagine que si tu lis cet article, c’est pareil pour toi. C’est donc pourquoi j’ai donc décidé de te mâcher le travail en allant chercher pour toi la référence de chaque article qui compose ma station de trading. Ainsi, non seulement tu est certain d’avoir du matériel professionnel mais également tu n’aura pas l’énorme souci de la compatibilité des différents éléments puisque j’ai déjà fait ce travail lorsque j’ai monté la mienne.

Tu l’auras compris, je ne te parle pas d’une station de trading acheté toute faite à 4500€ que l’on peut trouver sur les sites spécialisés (sur celui-ci par exemple et sans le support écrans) mais d’une station de trading en kit à monter soi-même. Non seulement tu auras du matériel plus performant mais surtout cela te fera économiser énormément d’argent, environ 3500€ car tu comprendra que 80% du prix des stations de trading toute faites est essentiellement de la main d’oeuvre. Et vu que toi tu achètes seulement les éléments détachés pour faire le montage toi même, tu économise donc cette masse d’argent.

  • La station de trading que je te propose te coutera 1200€ environ.

Je tiens également à souligner l’immense satisfaction que j’ai chaque jour de travailler sur une station que j’ai moi même montée, c’est toujours gratifiant…

À cet instant tu es certainement déjà en stress en te disant que jamais tu ne sera capable de monter ta station toi même et je tiens à te rassurer immédiatement, un enfant de 10 ans en est capable… Mais ne t’inquiète pas, je met à ta disposition en bas de cet article tous les tutoriels dont tu aura besoin ! Et d’ailleurs si tu réfléchis bien, tu as déjà quelqu’un dans ton entourage qui a déjà monté son propre PC ou bien qui se débrouille très bien dans ce domaine.

Prêt à sauter le pas ??? Voilà tout ce dont tu as besoin, j’ai bien dit tout !!!

(Attention à bien renseigner la bonne quantité de chaque article que j’ai indiqué entre parenthèses !)

  1. Boîtier PC (1 pièce) : Simple et moderne, un boîtier à 150€ n’est bien évidemment inutile, n’oublie pas que tu montes une station de trading, ton outil de travail et non un PC de gamer !
  2. Alimentation (1 pièce) : La bonne puissance pour l’alimentation des éléments donnés ci-dessous.
  3. Carte mère (1 pièce)
  4. Carte graphique (1 pièce) : Top qualité pour desservir 4 écrans
  5. Processeur (1 pièce) : AMD FX6300 ; 3,5 Mhz. Au top !
  6. Ventilateur processeur Hyper 212X (1 pièce)
  7. RAM (2 pièces) : Total de 8go, très largement suffisant !
  8. SSD (1 pièce) : Pour un démarrage rapide de Windows et logiciels
  9. Disque dur (1 pièce) : 1To pour un large espace de stockage de fichiers
  10. Lecteur CD (1 pièce) : Inutile pour une station de trading mais indispensable pour l’installation de windows.
  11. Ecran BenQ (4 pièces) : Très bon rapport qualité prix !
  12. Câble HDMI/HDMI (3 pièces) : Pour relier 3 écrans via les 3 sorties HDMI de la carte graphique.
  13. Câble Displayport/HDMI (1 pièce) : Pour relier le 4ème écran via la sortie displayport de la carte graphique.
  14. Clavier/souris (1 pièce)
  15. Support 4 écrans (1 pièce) : Pour fixer vos 4 écrans.

Avant de passer commande, pense à bien vérifier que chaque article est dans ton panier et que les quantités correspondent bien à celles renseignées dans la liste ci-dessus.

Tutoriels pour t’aider à monter ton PC

À noter que dans ce tutoriel, le système de refroidissement n’est pas du même type que celui que j’ai prévu pour toi… Donc n’hésite pas à scroller pour regarder le tuto juste en dessous lorsque tu seras à l’étape de l’installation du ventirad (refroidissement processeur).

Tutoriel pour le montage du ventirad

Tutoriel premier démarrage

Avant même d’allumer ton PC, lis CE TUTORIEL qui t’explique tout, pas à pas, pour la mise en route de ton PC !

À noter que lors du choix du stockage du système d’exploitation, choisis de l’installer sur le disque SSD (kingstom), je te rappelle que ce disque sert à ça, ainsi qu’à installer tous les logiciels dont tu aura besoin en trading, cela permettra un démarrage beaucoup plus rapide que si ils étaient installés sur un disque dur.

Une dernière chose, si tu as la moindre question, contacte moi via la page contact ou bien directement à stephane@vivrebienvivrelibre.com 😉. Je serai ravi de t’accompagner afin que tout ce passe bien pour toi !


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !


LECTURE CONSEILLEE :

 

Quitter son job pour faire du trading ? Oui mais avec une stratégie solide !!!

Une question a tendance à revenir régulièrement de la part des personnes qui souhaitent se lancer dans le trading: dois-je quitter mon job pour faire du trading ? L’ayant fait moi-même, j’estime être bien placé pour vous dire que c’est possible et ainsi vous donner quelques conseils pour le faire sans prendre de risques inconsidérés.

Soyez sûr avant de vous engager !

Avant toute chose, il est clair que vous devez savoir si oui ou non vous êtes prêt à vous consacrer pleinement au trading, si cette activité vous fait réellement vibrer, si vous êtes vraiment passionné ! Si cela fait déjà un moment que vous êtes intéressé par le trading, vous devriez déjà avoir une idée assez claire pour répondre à la question. En revanche, si vous êtes totalement novice en matière de trading mais que cette activité vous intrigue, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous.

Donc bien évidemment, l’idée n’est pas de commencer le trading et de pouvoir en vivre tout de suite, ceci est bien sûr impossible à moins que vous ayez un talent surhumain. Le but est de pouvoir se dégager le temps nécessaire pour travailler le trading au quotidien sur une durée d’un an minimum, d’où l’intérêt de cesser tout autre activité. Mais si je quitte mon emploi, je n’aurai plus aucun revenus ??? C’est exact, et c’est pour cela qu’il va vous falloir économiser de l’argent !

Le trading doit se travailler dans les meilleures conditions

En 2016, lorsque j’ai entamé ma formation de trading, l’idée de devenir trader était ancré dans mon esprit. Je dois bien l’avoué, j’avais l’avantage de ne travailler que le matin (de 3h00 à midi), ce qui me laissait tout l’après midi (au détriment de ma sieste habituelle) pour travailler sur la formation et sur les marchés US par la suite (qui ouvrent à 15h30 en France).

j’ai donc rapidement compris que la fatigue s’accumulant très vite à force d’enchaîner des journées de 15/16 heures, je me devais de prendre des mesures afin de pouvoir travailler le trading dans de bonnes conditions une fois la formation terminée. N’ayant à l’époque que moins de 1000€ d’économies, j’ai dû réfléchir à un moyen de me constituer le plus rapidement possible un capital de 10000$ afin d’être en mesure de trader en réel le moment venu. Par ailleurs, je voulais également me mettre dans les meilleures conditions possibles en supprimant ces matinées de travail au moins pour un an.

L’argent se trouve dans votre budget !

La première chose que j’ai faite a été de mettre notre budget (j’ai la chance d’avoir une femme et donc une seconde source de revenus) sur la table et de supprimer toutes les dépenses mensuelles superflues d’un côté, et d’en réduire certaines de l’autre. Vous verrez qu’il est possible de faire de belles économies en procédant de cette manière, voici concrètement les actions que j’ai effectué.

  • Suppression de l’abonnement Canal+ : +25€/mois
  • Suppression de l’abonnement Netflix : +10€/mois
  • Réduction de mon forfait orange : +20€/mois
  • Réduction de l’assurance de la voiture (tout bien réfléchi, être en « tout risque » pour un véhicule qui a plus de 10 ans ne sert pas à grand chose : +10€/mois
  • Suppression des vacances annuelles habituelles et autre loisirs (restos etc…) : + ≈2500€/an
  • J’ai eu la chance que la conjoncture m’offre également l’opportunité de renégocier notre crédit immobilier et ainsi de réduire les mensualités : + 100€/mois

Ceci me permettait donc de tabler sur une économie de 4500€/an. J’avais donc prévu environ deux ans pour établir mon capital de trading de 10000$ (8500€ m’ont suffit avec le taux de change) et environ 3 ans supplémentaires pour me permettre de prendre une année sabbatique.

La vie apporte même parfois des coups de pouce

Dans les faits, les circonstances ont fait que cela a été bien plus rapide. J’ai revendu du matériel de musique et j’ai été victime d’un accident de travail qui m’a conduit à un an d’arrêt de travail avec un salaire 100% couvert par la CPAM et en plus le remboursement à 100% de nos loyers de crédit immobilier par l’assureur du prêt (d’où l’intérêt d’avoir une bonne assurance lors de la contraction d’un crédit immobilier). « Grâce » à cela, à la fin de mon arrêt de travail en mai 2018, j’ai pu directement démissionner.

L’idée ici est de bien vous faire comprendre qu’il est possible de quitter son job pour se concentrer sur le trading. Mais pour cela, combien seront capable de se priver de toutes ces choses superflues mais auxquelles nous sommes en général fortement dépendant ? Très peu bien évidemment. Et je ne suis pas forcément différent des autres, donc comment ai-je eu le courage de faire tous ces sacrifices ? Tout simplement car ma passion pour le trading était et est bien plus forte que tout le reste, j’ai développé une vrai vision de ma vie future avec de vrais objectifs et c’est ce qui fait toute la différence.

Ne laissez rien au hasard !

Bien évidemment il est possible qu’une année ne suffise pas pour vous permettre de dégager des revenus en trading, c’est pourquoi il est important d’intégrer cette éventualité dans votre plan. Dans mon cas ce fût simple, en tradant les actions US il me serait tout à fait possible de trouver un emploi à mi-temps en travaillant le matin et ainsi permettre d’assurer une source de revenus suffisante pour couvrir le déficit budgétaire mensuel. D’où l’intérêt encore une fois d’avoir serré la vis des dépenses, car non seulement ça m’a permis d’économiser de l’argent pour pouvoir me consacrer au trading sur une longue période, mais en plus cela réduit considérablement les besoins financiers pour payer les factures.

Le plus dur encore une fois pour y arriver est d’avoir cet état d’esprit qui consiste à dire: « je me sacrifie à court terme pour pouvoir me réaliser et faire ce qui me plaît vraiment à long terme ». Regardez ce qu’il se passe avec les gilets jaunes, ces personnes qui réclament du pouvoir d’achat. Ils déclarent ne plus avoir assez de leur salaire pour combler leurs dépenses, mais le problème il est le même pour la grande majorité des gens. On vit au jour le jour sans se soucier de l’avenir avec pour habitude de dépenser l’argent que l’on gagne car on se dit toujours pour se consoler que l’argent c’est fait pour être dépensé. L’argent n’est pas fait pour être dépensé n’importe comment mais est un levier qui permet à chacun, si il le veut bien, de réaliser ses rêves, d’aider les autres, de servir les causes qui lui tiennent à coeur, etc… Quand j’étais salarié avant de m’intéresser au trading je me suis posé la question suivante: « Comment me sentirai-je lorsque j’aurai 60 ans si je continue ma vie telle qu’elle est ? » Le sentiment indescriptible que j’ai eu à ce moment là m’a tout simplement obligé à revoir mes plans… Essayez vous verrez.


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !


LECTURE CONSEILLEE :

 

À quoi sert un trader ? Quel est leur impact dans l’économie ?

Si vous portez un réel intérêt envers le trading ou encore mieux, si vous êtes sur le point de vous lancer dans le trading, vous avez certainement déjà reçu des commentaires de la part de votre entourage du genre: « les traders ne servent à rien », ou bien « les traders sont des escrocs qui dépouillent les gens » etc… Je suis moi-même passé par là et c’est souvent comme ça, les gens arrivent toujours à trouver des réponses en ayant aucune connaissance du domaine en question. Bref, alors quel est l’utilité des traders dans ce gigantesque rouage appelé « Economie » ?

Maintenir la liquidité sur les marchés financiers

Ce qu’il faut savoir c’est qu’un marché est liquide lorsqu’un potentiel acheteur est en mesure de pouvoir acheter un titre en quelques secondes, dans une fourchette de prix très serrée ; et idem dans le cas d’un vendeur qui sera en mesure de vendre ses titres en quelques secondes, dans une fourchette de prix très serrée également.

Fourchette (ou écart) = « spread » (terme Anglais)

Quand je parle de fourchette serrée je veux bien évidemment parler du spread, c’est à dire de l’écart de prix proposé entre le meilleur vendeur (« ask » (« demande »en français)) et le meilleur acheteur (« bid » (« offre » en français)). Si par exemple vous souhaitez acheter un titre au prix du marché (à l’ask donc) qui cote à 25,60€ et que le spread est de 10 cts, alors le prix pour la personne qui souhaite vendre le titre au marché (au bid) est de 25,50€.  Mais ceci n’est pas l’objet de cet article, on est d’accord.

Mais concrètement, pourquoi avoir besoin d’un marché liquide ?

Une fois que l’on a compris ce concept de « liquidité de marché », on peut ensuite se poser la question de savoir en quoi cette liquidité est réellement nécessaire au fonctionnement de l’économie…

Pour reprendre les choses dans l’ordre, une entreprise qui veut se développer aura besoin de capitaux pour investir, afin de promouvoir ses produits ou services et d’être ensuite en mesure d’honorer la demande concernant ses produits ou services en achetant de nouvelles machines, en embauchant des salariés etc…

Le capital ne tombant pas du ciel, cette entreprise souhaite émettre des actions en bourse (ou des obligations mais restons sur les actions pour cet exemple) et va devoir trouver des investisseurs désireux de placer leur argent (indirectement via les banques d’affaires sur le marché primaire, le marché secondaire étant celui ouvert au public et sur lequel travaillent les traders). Ces investisseurs auront besoin de connaître, entre autres, deux choses afin de mesurer le risque de leur futur investissement:

  1. Le potentiel de croissance de l’entreprise
  2. La liquidité du marché des actions en générale ou plus précisément sur le secteur auquel appartient l’entreprise

Donc effectivement, un investisseur se souciera de la liquidité du marché car il va chercher à s’assurer de pouvoir, au cas où, liquider la totalité de ses actions rapidement et à un prix relativement stable. En effet, dans le cas d’un marché peu liquide, la mise en vente sur le marché d’une grosse quantité d’actions ferait rapidement chuter le prix avant même que la totalité des actions de l’investisseur ne soient vendues.

Mais heureusement, il y a les traders 😉

Donc c’est à ce moment précis que le travail du trader prend tout son sens. En passant des ordres tout au long de la journée, celui-ci apporte de la liquidité. En effet, si il place un ordre limit d’achat de 1000 titres à un prix donné, cela permettra à un où plusieurs vendeurs de se débarrasser de leurs titres (à hauteur de 1000 titres) en les vendant à ce même trader et au même prix.

Exemple concret en étudiant un carnet d’ordre

ge-image (1)

Vous avez devant vous une capture d’écran du carnet d’ordre (level 2) concernant le titre Général Electric. Au moment de la capture d’écran, on remarque que les meilleurs acheteurs (donc ceux qui proposent le meilleur prix pour celui ou ceux qui souhaite vendre au marché) sont placés à 24.83$ avec un total de titres égal à 2M + 1M +1M etc… (chiffre situé dans la colonne « size » en face chaque ligne de prix correspondant à 24.83$). Et inversement, les meilleurs vendeurs étants placés à 24.84$ avec un total de titres supérieur égal à 300K + … + 20K vous l’aurez compris.

Ce qui veux dire qu’une personne ayant investi à la base dans le capital de Général Electric en achetant 500K titres à un prix par exemple de 12.50$ (c-à-d un investissement de plus de 6M de dollars) et qui souhaite aujourd’hui liquider rapidement ses actions, il peut le faire sans problème, et la totalité au même prix (24.83$) car le nombre de titres demandé par les acheteurs à ce prix là dépasse très largement le nombre de titre que l’investisseur souhaite revendre…

Pour conclure

En conclusion, un investisseur ne prendra pas le risque d’acheter des actions qu’il ne pourra pas revendre rapidement et à un bon prix. Sans les investisseurs, les entreprises ne pourraient pas se développer, donc ni embaucher, ni investir etc…

C’est donc grâce à cette liquidité apportée par les traders que des entreprises comme Apple, Google, Microsoft, Facebook, …, sont si développées aujourd’hui et permettent à des milliers voire des millions de gens de travailler.


Articles de même catégorie:


 


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !


LECTURE CONSEILLEE :