Quitter son job pour faire du trading ? Oui mais avec une stratégie solide !!!

Une question a tendance à revenir régulièrement de la part des personnes qui souhaitent se lancer dans le trading: dois-je quitter mon job pour faire du trading ? L’ayant fait moi-même, j’estime être bien placé pour vous dire que c’est possible et ainsi vous donner quelques conseils pour le faire sans prendre de risques inconsidérés.

Soyez sûr avant de vous engager !

Avant toute chose, il est clair que vous devez savoir si oui ou non vous êtes prêt à vous consacrer pleinement au trading, si cette activité vous fait réellement vibrer, si vous êtes vraiment passionné ! Si cela fait déjà un moment que vous êtes intéressé par le trading, vous devriez déjà avoir une idée assez claire pour répondre à la question. En revanche, si vous êtes totalement novice en matière de trading mais que cette activité vous intrigue, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous.

Donc bien évidemment, l’idée n’est pas de commencer le trading et de pouvoir en vivre tout de suite, ceci est bien sûr impossible à moins que vous ayez un talent surhumain. Le but est de pouvoir se dégager le temps nécessaire pour travailler le trading au quotidien sur une durée d’un an minimum, d’où l’intérêt de cesser tout autre activité. Mais si je quitte mon emploi, je n’aurai plus aucun revenus ??? C’est exact, et c’est pour cela qu’il va vous falloir économiser de l’argent !

Le trading doit se travailler dans les meilleures conditions

En 2016, lorsque j’ai entamé ma formation de trading, l’idée de devenir trader était ancré dans mon esprit. Je dois bien l’avoué, j’avais l’avantage de ne travailler que le matin (de 3h00 à midi), ce qui me laissait tout l’après midi (au détriment de ma sieste habituelle) pour travailler sur la formation et sur les marchés US par la suite (qui ouvrent à 15h30 en France).

j’ai donc rapidement compris que la fatigue s’accumulant très vite à force d’enchaîner des journées de 15/16 heures, je me devais de prendre des mesures afin de pouvoir travailler le trading dans de bonnes conditions une fois la formation terminée. N’ayant à l’époque que moins de 1000€ d’économies, j’ai dû réfléchir à un moyen de me constituer le plus rapidement possible un capital de 10000$ afin d’être en mesure de trader en réel le moment venu. Par ailleurs, je voulais également me mettre dans les meilleures conditions possibles en supprimant ces matinées de travail au moins pour un an.

L’argent se trouve dans votre budget !

La première chose que j’ai faite a été de mettre notre budget (j’ai la chance d’avoir une femme et donc une seconde source de revenus) sur la table et de supprimer toutes les dépenses mensuelles superflues d’un côté, et d’en réduire certaines de l’autre. Vous verrez qu’il est possible de faire de belles économies en procédant de cette manière, voici concrètement les actions que j’ai effectué.

  • Suppression de l’abonnement Canal+ : +25€/mois
  • Suppression de l’abonnement Netflix : +10€/mois
  • Réduction de mon forfait orange : +20€/mois
  • Réduction de l’assurance de la voiture (tout bien réfléchi, être en « tout risque » pour un véhicule qui a plus de 10 ans ne sert pas à grand chose : +10€/mois
  • Suppression des vacances annuelles habituelles et autre loisirs (restos etc…) : + ≈2500€/an
  • J’ai eu la chance que la conjoncture m’offre également l’opportunité de renégocier notre crédit immobilier et ainsi de réduire les mensualités : + 100€/mois

Ceci me permettait donc de tabler sur une économie de 4500€/an. J’avais donc prévu environ deux ans pour établir mon capital de trading de 10000$ (8500€ m’ont suffit avec le taux de change) et environ 3 ans supplémentaires pour me permettre de prendre une année sabbatique.

La vie apporte même parfois des coups de pouce

Dans les faits, les circonstances ont fait que cela a été bien plus rapide. J’ai revendu du matériel de musique et j’ai été victime d’un accident de travail qui m’a conduit à un an d’arrêt de travail avec un salaire 100% couvert par la CPAM et en plus le remboursement à 100% de nos loyers de crédit immobilier par l’assureur du prêt (d’où l’intérêt d’avoir une bonne assurance lors de la contraction d’un crédit immobilier). « Grâce » à cela, à la fin de mon arrêt de travail en mai 2018, j’ai pu directement démissionner.

L’idée ici est de bien vous faire comprendre qu’il est possible de quitter son job pour se concentrer sur le trading. Mais pour cela, combien seront capable de se priver de toutes ces choses superflues mais auxquelles nous sommes en général fortement dépendant ? Très peu bien évidemment. Et je ne suis pas forcément différent des autres, donc comment ai-je eu le courage de faire tous ces sacrifices ? Tout simplement car ma passion pour le trading était et est bien plus forte que tout le reste, j’ai développé une vrai vision de ma vie future avec de vrais objectifs et c’est ce qui fait toute la différence.

Ne laissez rien au hasard !

Bien évidemment il est possible qu’une année ne suffise pas pour vous permettre de dégager des revenus en trading, c’est pourquoi il est important d’intégrer cette éventualité dans votre plan. Dans mon cas ce fût simple, en tradant les actions US il me serait tout à fait possible de trouver un emploi à mi-temps en travaillant le matin et ainsi permettre d’assurer une source de revenus suffisante pour couvrir le déficit budgétaire mensuel. D’où l’intérêt encore une fois d’avoir serré la vis des dépenses, car non seulement ça m’a permis d’économiser de l’argent pour pouvoir me consacrer au trading sur une longue période, mais en plus cela réduit considérablement les besoins financiers pour payer les factures.

Le plus dur encore une fois pour y arriver est d’avoir cet état d’esprit qui consiste à dire: « je me sacrifie à court terme pour pouvoir me réaliser et faire ce qui me plaît vraiment à long terme ». Regardez ce qu’il se passe avec les gilets jaunes, ces personnes qui réclament du pouvoir d’achat. Ils déclarent ne plus avoir assez de leur salaire pour combler leurs dépenses, mais le problème il est le même pour la grande majorité des gens. On vit au jour le jour sans se soucier de l’avenir avec pour habitude de dépenser l’argent que l’on gagne car on se dit toujours pour se consoler que l’argent c’est fait pour être dépensé. L’argent n’est pas fait pour être dépensé n’importe comment mais est un levier qui permet à chacun, si il le veut bien, de réaliser ses rêves, d’aider les autres, de servir les causes qui lui tiennent à coeur, etc… Quand j’étais salarié avant de m’intéresser au trading je me suis posé la question suivante: « Comment me sentirai-je lorsque j’aurai 60 ans si je continue ma vie telle qu’elle est ? » Le sentiment indescriptible que j’ai eu à ce moment là m’a tout simplement obligé à revoir mes plans… Essayez vous verrez.


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !


LECTURE CONSEILLEE :

 

À quoi sert un trader ? Quel est leur impact dans l’économie ?

Si vous portez un réel intérêt envers le trading ou encore mieux, si vous êtes sur le point de vous lancer dans le trading, vous avez certainement déjà reçu des commentaires de la part de votre entourage du genre: « les traders ne servent à rien », ou bien « les traders sont des escrocs qui dépouillent les gens » etc… Je suis moi-même passé par là et c’est souvent comme ça, les gens arrivent toujours à trouver des réponses en ayant aucune connaissance du domaine en question. Bref, alors quel est l’utilité des traders dans ce gigantesque rouage appelé « Economie » ?

Maintenir la liquidité sur les marchés financiers

Ce qu’il faut savoir c’est qu’un marché est liquide lorsqu’un potentiel acheteur est en mesure de pouvoir acheter un titre en quelques secondes, dans une fourchette de prix très serrée ; et idem dans le cas d’un vendeur qui sera en mesure de vendre ses titres en quelques secondes, dans une fourchette de prix très serrée également.

Fourchette (ou écart) = « spread » (terme Anglais)

Quand je parle de fourchette serrée je veux bien évidemment parler du spread, c’est à dire de l’écart de prix proposé entre le meilleur vendeur (« ask » (« demande »en français)) et le meilleur acheteur (« bid » (« offre » en français)). Si par exemple vous souhaitez acheter un titre au prix du marché (à l’ask donc) qui cote à 25,60€ et que le spread est de 10 cts, alors le prix pour la personne qui souhaite vendre le titre au marché (au bid) est de 25,50€.  Mais ceci n’est pas l’objet de cet article, on est d’accord.

Mais concrètement, pourquoi avoir besoin d’un marché liquide ?

Une fois que l’on a compris ce concept de « liquidité de marché », on peut ensuite se poser la question de savoir en quoi cette liquidité est réellement nécessaire au fonctionnement de l’économie…

Pour reprendre les choses dans l’ordre, une entreprise qui veut se développer aura besoin de capitaux pour investir, afin de promouvoir ses produits ou services et d’être ensuite en mesure d’honorer la demande concernant ses produits ou services en achetant de nouvelles machines, en embauchant des salariés etc…

Le capital ne tombant pas du ciel, cette entreprise souhaite émettre des actions en bourse (ou des obligations mais restons sur les actions pour cet exemple) et va devoir trouver des investisseurs désireux de placer leur argent (indirectement via les banques d’affaires sur le marché primaire, le marché secondaire étant celui ouvert au public et sur lequel travaillent les traders). Ces investisseurs auront besoin de connaître, entre autres, deux choses afin de mesurer le risque de leur futur investissement:

  1. Le potentiel de croissance de l’entreprise
  2. La liquidité du marché des actions en générale ou plus précisément sur le secteur auquel appartient l’entreprise

Donc effectivement, un investisseur se souciera de la liquidité du marché car il va chercher à s’assurer de pouvoir, au cas où, liquider la totalité de ses actions rapidement et à un prix relativement stable. En effet, dans le cas d’un marché peu liquide, la mise en vente sur le marché d’une grosse quantité d’actions ferait rapidement chuter le prix avant même que la totalité des actions de l’investisseur ne soient vendues.

Mais heureusement, il y a les traders 😉

Donc c’est à ce moment précis que le travail du trader prend tout son sens. En passant des ordres tout au long de la journée, celui-ci apporte de la liquidité. En effet, si il place un ordre limit d’achat de 1000 titres à un prix donné, cela permettra à un où plusieurs vendeurs de se débarrasser de leurs titres (à hauteur de 1000 titres) en les vendant à ce même trader et au même prix.

Exemple concret en étudiant un carnet d’ordre

ge-image (1)

Vous avez devant vous une capture d’écran du carnet d’ordre (level 2) concernant le titre Général Electric. Au moment de la capture d’écran, on remarque que les meilleurs acheteurs (donc ceux qui proposent le meilleur prix pour celui ou ceux qui souhaite vendre au marché) sont placés à 24.83$ avec un total de titres égal à 2M + 1M +1M etc… (chiffre situé dans la colonne « size » en face chaque ligne de prix correspondant à 24.83$). Et inversement, les meilleurs vendeurs étants placés à 24.84$ avec un total de titres supérieur égal à 300K + … + 20K vous l’aurez compris.

Ce qui veux dire qu’une personne ayant investi à la base dans le capital de Général Electric en achetant 500K titres à un prix par exemple de 12.50$ (c-à-d un investissement de plus de 6M de dollars) et qui souhaite aujourd’hui liquider rapidement ses actions, il peut le faire sans problème, et la totalité au même prix (24.83$) car le nombre de titres demandé par les acheteurs à ce prix là dépasse très largement le nombre de titre que l’investisseur souhaite revendre…

Pour conclure

En conclusion, un investisseur ne prendra pas le risque d’acheter des actions qu’il ne pourra pas revendre rapidement et à un bon prix. Sans les investisseurs, les entreprises ne pourraient pas se développer, donc ni embaucher, ni investir etc…

C’est donc grâce à cette liquidité apportée par les traders que des entreprises comme Apple, Google, Microsoft, Facebook, …, sont si développées aujourd’hui et permettent à des milliers voire des millions de gens de travailler.


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !


LECTURE CONSEILLEE :

 

Les 5 qualités à avoir pour espérer réussir en Trading

Comme n’importe quel autre métier, le trading  nécessite des qualités de la part d’un individu afin que celui-ci puisse mettre toutes les chances de son côté s’il souhaite prospérer en trading de manière durable. Chez certaines personnes, ces qualités seront présentes de manière naturelle ce qui d’une certaine façon, leur « facilitera » beaucoup de choses. Mais pour d’autres, un gros travail sur eux-même devra être effectué afin de leur permettre de posséder, ou en tout cas se rapprocher un maximum des valeurs que porte chacune de ces qualités.

QUALITÉ N°1: L’Autodiscipline

Le travail d’un trader, je le rappelle, est basé essentiellement sur son plan de trading. Donc pour un trader indépendant (ne travaillant que pour lui-même), une des principales difficulté à laquelle il doit faire face est justement d’être en capacité permanente de respecter ce plan de trading.

Pour ce faire, la qualité qu’il se doit de posséder est l’autodiscipline. En effet, autant il est facile d’être sous les ordres d’un patron qui n’hésitera pas à vous remettre dans le droit chemin au moindre faux pas, autant dans le cas d’un trader, personne n’est à ses côtés pour l’avertir au cas où celui-ci s’écarte de son plan d’action, réfléchi et rédigé en amont par le trader lui-même. C’est pour cela qu’une autodiscipline de fer sera impérativement nécessaire au trader, et ce tous les jours, afin d’évoluer de manière régulière et sereine vers ses objectifs de rendement.

QUALITÉ N°2: Le Calme

La capacité d’un trader à garder son calme va être déterminante à chaque instant. Que ce soit avant de se positionner afin de bien rester concentrer sur les opportunités qui se présentent à lui, ou bien en position afin de ne pas sortir précipitamment ou n’importe comment dans le cadre de la gestion de sa position.

En ce qui me concerne, j’ai toujours été quelqu’un de très nerveux dans le sens où je m’énerve très rapidement quand les choses ne se passent pas comme je le souhaite. Ce qui m’a naturellement joué de nombreux tours à mes débuts en trading. Lorsque je commençait la journée par une perte, je tombait très vite dans le piège de la suractivité en ne supportant pas cette situation de perte, dans le but d’essayer de rapidement me refaire. Ce comportement ne faisait qu’empirer les choses, et la seule chose que je réussissait à faire était de creuser de plus en plus cette perte au fil de la séance. J’ai appris à canaliser tout ça en travaillant sur moi-même, principalement à l’aide de la méditation. (j’en parle dans mon ebook gratuit: « Psychologie en trading« )

QUALITÉ N°3: La Patience

Le calme, qui est la qualité que l’on a vu précédemment, sera très utile et même indispensable pour espérer acquérir cette troisième qualité qui est la patience.

En effet, le trader devra garder son calme afin d’être dans le bon état d’esprit qui lui permettra d’attendre la bonne opportunité pour se positionner. Pas une opportunité qui peut faire l’affaire, LA BONNE opportunité. Il est vrai que rester inactif peut se révéler être très frustrant chez certaines personnes mais en restant patient, cela permet au trader premièrement de soigner sa performance en évitant les positionnements précipités qui se solderont pour la plupart, en une perte, et deuxièmement d’aller sur des trades beaucoup plus qualitatifs qui augmenterons au fil du temps sa confiance en lui.

QUALITÉ N°4: L’Ambition

Je vais être clair sur ce point, un trader qui n’a pas d’ambition n’ira pas loin avec le trading. Je veux dire par là que si vous faites du trading juste parce que vous avez du temps à tuer ou bien seulement pour arrondir vos fins de mois, vous jetterez très vite l’éponge ! Pourquoi ? Tout simplement parce que les efforts à fournir pour être rentable sont colossaux, donc afin d’être capable mentalement de faire preuve de persévérance, il vous faudra un objectif long terme très clair dans votre tête, un objectif de vie qui vous tient à coeur ! (quitter votre job pour ne vivre que du trading ; pouvoir vivre n’importe où dans le monde ; pouvoir venir en aide financièrement auprès de votre famille ; etc…)

Mais je doit vous l’avouer, pour réussir en trading, l’ambition devra être obligatoirement couplée avec une autre qualité… la qualité numéro 5 !

QUALITÉ N°5: La Passion

Afin d’avoir de l’ambition et de pouvoir espérer atteindre des objectifs de plus en plus haut, le trader devra impérativement être passionné par ce qu’il fait. Mais ceci est bien évidemment valable pour n’importe quel chef d’entreprise ou indépendant.

Le fait d’être passionné vous maintiendra motivé à 200% en permanence et vous permettra de franchir des obstacles bien plus facilement qu’une personne qui n’est pas passionnée. Mais pas seulement, cette passion effacera complètement le sentiment de « faire un travail » et le remplacera par une réelle satisfaction, du plaisir, de l’envie, de la fierté, du bien être…

C’est encore une fois la passion qui décuplera votre force, votre persévérance et votre rage de réussir ! Si après un certain temps vous allez vous assoir devant votre station de trading en ayant l’impression d’y être forcé, c’est qu’il sera temps de réfléchir à faire autre chose…


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !


LECTURE CONSEILLEE :

Le trading, un sport de combat… psychologique

Lorsque l’on pense à un footballeur, il est clair que l’énergie dépensée par celui-ci lors d’un match sera répartie entre: les jambes (pour courir), les pieds (courir et conduire le ballon), le dos (amortir les torsions du corps), la tête (localiser ses coéquipiers et frapper le ballon) et le cerveau (application de la tactique etc…). Pour un trader, toute l’énergie qu’il possède sera concentrée dans une seule et même partie du corps, le cerveau !

La psychologie est un tout

Lors d’une séance de trading, le trader ne se rend certainement pas compte de l’utilisation intensive qu’il fait de son cerveau. En effet, ce dernier n’a pas besoin de solliciter ni ses pieds, ni ses jambes, ni son dos. Seulement son cerveau (et un minimum ses bras et ses mains pour l’utilisation de l’ordinateur bien évidement). Voyons quelles sont les parties de cette organe si complexe, les plus actives chez un trader en pleine activité…

L’interprétation des données renvoyées par les écrans

yeuxL’une des principales facultés de l’être humain que le trader va mettre à contribution sera la vision. En effet, la totalité de son activité se passe sur informatique donc autrement dit, tout se passe sur ses écrans.

La partie de son cerveau qui est sollicité pour tout cet aspect « vision » est le lobe occipital. Celui-ci lui permet de détecter les images visuelles qu’il perçoit afin de les interpréter ensuite. Je vous laisse donc imaginer la quantité d’informations ingérées par ce lobe au cours d’une séance de trading, étant donné la multitude de graphiques, l’observation de la configuration de ces derniers, le regard sur le comportement des levels 2, Time & Sale, etc, etc…

Le siège des émotions

La seconde partie extrêmement importante du cerveau que le trader fait travailler de manière très active est tout simplement le lobe frontal. C’est ici que sera géré tout ce qui est aspect émotionnel (entre autres motricité etc…).

Là encore le trader ne se rend pas forcément totalement compte de la volatilité de ses propres émotions au cours d’une séance de trading. Je ne parle pas évidement des traders qui ont plusieurs dizaines d’années d’expérience, car ceux-ci auront appris au fil du temps à gérer leurs émotion bien qu’il ne soit pas possible de les supprimer, mais je fais plutôt allusion aux traders en début de carrière.

L’ascenseur émotionnel

émotionsEn effet, on peut très bien imaginer par exemple une séance de trading où un trader commence par perdre son premier trade. Ce dernier lui évoquera un sentiment de frustration, voire de colère suivant son expérience et sa personnalité. Les deux trades suivant lui permettent de non seulement compenser sa première perte mais en plus de flirter avec son objectif du jour. Vient alors un sentiment de joie, de confiance, de richesse, le trader se sent pousser des ailes. Le trade suivant se finalise par un très beau gain également, ce qui intensifie ce sentiment d’euphorie. La fin de séance approche et une bonne opportunité se présente, étant en pleine confiance, le trader augmente légèrement son risque mais un décalage brutal du marché l’oblige à sortir bien au-delà son niveau de stop et le total de sa journée se solde au final par une perte. L’ascenseur émotionnel redescend et le trader renoue avec le sentiment de frustration du début de séance mais puissance dix cette fois-ci, ce qui est logique au vu des gains latents qu’il venait juste de réaliser.

La psychologie, une globalité

J’ai envi de finir cet article par la psychologie, qui est au final une globalité dans le sens où, elle est liée à tout ce que renferme le cerveau d’un individu: ses pensées, ses émotions, ses souvenirs, son caractère, sa personnalité, etc…

Cette notion de psychologie est extrêmement importante chez un trader qui débute sur les marchés, et l’est encore plus pour un trader issu d’un milieu où toutes ces facultés de l’être humain décrites plus haut n’ont pas eu besoin d’être soumises à la même intensité.

Un travail en continue…

Durant mes deux premières années d’expérience sur les marchés, j’ai vraiment pris conscience de l’impact justement de la psychologie sur les résultats en trading. Car en travaillant un minimum, il est relativement facile de corriger ses défauts techniques simplement en analysant régulièrement ses trades. Mais même en ayant la certitude et la pleine conscience de ses erreurs technique, on se rend très vite compte que derrière tout ça se cache des défaillances psychologiques qui font que, oui, on sait pourquoi nos résultats peinent à décoller mais non, on arrive pas à les supprimer en séance du fait de notre façon de penser, de raisonner, nos habitudes de comportement etc… Et c’est à ce moment là que l’on prend conscience que le plus gros du travail à faire, il est sur sois-même et il faut tout ré-apprendre: à se comporter, à réfléchir, à attendre le bon moment, à améliorer ses réflexes etc…

J’ai écrit afin de vous aider !

ebook 3d 300x390Avec mon ebook « Psychologie en trading » que je partage gratuitement avec grand plaisir, j’ai voulu aider les traders en début de carrière en leur faisant gagner un maximum de temps à ce niveau là. C’est-à-dire que j’y dévoile les 6 erreurs qui m’ont pris du temps à réaliser, mais encore plus à corriger du fait de la complexité de la psychologie liée à ces erreurs. Et bien évidement, j’explique comment je m’y suis pris afin de les corriger en donnant des méthodes simples et efficaces sur la durée.

Si vous ne l’avez pas encore lu et que vous avez du mal à faire décoller vos résultats en trading, je vous invite fortement à le télécharger « en cliquant ici« . Vous vous reconnaîtrez certainement à travers certains points, voire tous. J’attends vos retours avec impatience !


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !


LECTURE CONSEILLEE :

Le « Risk Reward », le ratio du business et pas que…

Le Risk Reward est un ratio utilisé en permanence par les traders de manière systématique. Cependant nous verrons qu’il est en fait utilisé par tous les entrepreneurs et investisseurs, peu importe le domaine, mais pas que… Alors qu’est-ce que le Risk Reward ?

Une histoire de risque et de gain

Le Risk Reward est en fait le rapport gain/risque et permet d’évaluer la pertinence d’un projet. Avant même de vous lancer dans une aventure entrepreneuriale, vous serez d’accord sur le fait qu’il est nécessaire dans un premier temps d’établir un budget pour la réalisation du projet. C’est donc cette somme qui constituera votre Risk ou risque en Français.

De l’autre côté, il est bien évidemment indispensable de fixer un objectif de gain, de préférence daté (ceci afin d’éviter de perdre du temps inutilement si le projet en question se révèle être peu concluent). Cet objectif ou potentiel de gain représente donc le Reward ou récompense en Français.

Le facteur temps… une incertitude

time-1019889_1280

Pour prendre un exemple relativement simple, imaginons que vous vouliez racheter un site e-commerce. Le risque financier que vous prenez va être tout simplement le prix du site en question plus le coût des modifications à apporter ainsi que le budget des premiers lancements en ce qui concerne votre stratégie marketing.

En admettant que le site est en vente à 45 000€ et que vous fixiez un budget de 10 000€ pour les charges concernant le marketing de lancement etc… Votre risque sera donc de 45 000€ + 10 000€ = 55 000€

Ayant bien analysé votre cible et préparé un plan marketing en béton, vous prévoyez pour les 6 prochains mois un bénéfice de 30 000€ puis de 40 000€ pour les 6 mois suivants. Votre potentiel de gain sur l’année avenir sera donc de 70 000€.

À partir de ces données nous pouvons donc en conclure le Risk Reward qui sera je le rappel égal à gains potentiels / risque donc 70 000€ / 45 000€ = 1,56. Pour ce genre de business, il est évident que ce ratio est bien évidemment très satisfaisant car cela veut dire que rien que la première année votre potentiel de gain s’élève à 1 fois et demi votre risque, ce qui non seulement couvre entièrement se dernier (45 000€) mais en plus vous laisse d’hors et déjà un bénéfice (25 000€). Sachant par ailleurs que vous projetez une perspective de croissance de 5% par an durant les années à venir, le potentiel est immédiatement palpable.

hourglass-1020126_1280Pour ce genre de business long terme il est donc difficile de déterminer un ratio Risk Reward optimal étant donné que même si cela prend du temps, une bonne stratégie marketing vous fera toujours rentrer dans vos frais, la question est juste de savoir quand ? C’est pour cette raison qu’il est toujours préférable de fixer une date butoir en ce qui concerne la rentabilité d’un projet afin d’éviter de perdre des années à travailler sur un business dans lequel vous n’êtes au final, pas confortable du tout. Par exemple en se projetant sur une période de 1 à 5 ans avec un Risk Reward de préférence tout de même d’un minimum de 1,20, vous aurez une marge (0,20) qui permettra en cas d’erreur de chiffrage de garder un RR de 1, ce qui couvrirait au moins votre Risk.

Quand le temps n’est plus un problème…

head-682484_1280Ce ratio sera plus pertinent dans le cas d’un investisseur immobilier qui achète un bien pour ensuite augmenter sa valeur rapidement (en faisant des travaux par exemple) dans le but de le revendre à terme avec une plus value.

Cette fois-ci il est beaucoup plus facile d’établir rapidement un Risk Reward car le facteur temps n’est plus en cause. L’investisseur peut directement projeter un prix de revente potentiel à l’issue des travaux, qui est un facteur facilement chiffrable en terme de temps et de coût.

Pour donner un exemple rapide, l’investisseur en question veut calculer le RR sur une maison q’il a repéré. Il sait que ce bien est au prix actuel de 120 000€. Ayant déjà fait une première visite avec son expert habituel, il a pu chiffrer le montant des travaux nécessaires à la remise en état de la maison à 35 000€ et il sait que ceux-ci seront achevés approximativement dans 6 mois. Après s’être renseigné sur les prix des biens équivalents vendus sur le marché dans le même secteur géographique, il prend conscience qu’il sera capable de revendre la maison remise au goût du jour au minimum à 170 000€.

Le Risk Reward pour ce bien sera donc de 170 000€ / (120 000€ + 35 000€)  = 170 000€ / 155 000€ = 1,09

Si l’investisseur ne souhaite travailler que sur des biens dont le RR est au moins égal à 1,5, il pourra décider d’abandonner ce projet et d’en rechercher un autre. Sachant bien entendu que ce projet correspondra très certainement à un autre type d’investisseur.

Ce n’est pas qu’une question d’argent

Donc vous l’aurez compris, les exemples donnés ci-dessus sont des situations qui s’appliquent à chaque fois naturellement, sans pour autant que l’on utilise le terme Risk Reward mais au final, c’est bel et bien ce ratio que l’on utilise à chaque fois, souvent indirectement…

pair-3798371_1280-min

J’ai même envi d’aller un peu plus loin en mettant en avant le fait que le RR peut très bien s’appliquer à des situations où l’argent n’est pas en jeux. Imaginons que vous soyez en couple depuis un certains nombre d’années et que vous ayez récemment développé des affinités avec une autre femme (dans le cas où vous seriez un homme mais cela est bien évidemment valable dans les deux sens).

Vous vous posez donc la question de savoir s’il est préférable de rester avec votre femme actuelle ou bien d’aller vivre avec cette autre femme… N’ayant aucune donnée financière à prendre en compte, vous pouvez par exemple prendre les qualités que représente chacune des femmes à vos yeux et établir un tableau à cet effet en attribuant une note de pertinence en face chaque qualité (sur une échelle de 1 à 10 en fonction de l’importance que représente cette qualité pour vous).

EXEMPLE :

X étant votre femme et Y cette autre femme

Qualités de X Qualités de Y
gentille 7 aime les enfants 10
joviale 8 adore le sport 9
aime jardiner 4 aime les chiens 8
cuisine à merveille 9 passionnée de ski 8
fait souvent le ménage 6 adore faire du shopping avec ma mère 7
etc… etc…

En additionnant les notes de chaque qualité de votre femme, vous obtenez un chiffre qui correspond à ce que vous risquez de perdre. À l’inverse, en additionnant les notes attribuées à chaque qualité de cette autre femme avec qui vous avez noué de nouveaux liens, vous obtenez un chiffre qui correspond à ce que vous obtiendrai si vous décidez de changer de femme.

Le Risk Reward sera donc de (10 + 9 + 8 + 8 + 7) / (7 + 8 + 4 + 9 + 6) = 42 / 34 = 1,23

Dans ce cas il est donc fort possible que vous soyez plus compatible avec cette autre femme qu’avec votre femme actuelle, vous pouvez donc songer à ce changement. (Cet exemple qui peut paraître un peu brut n’est bien sûr donné qu’afin d’illustrer les multiples utilisations que l’on peut faire du Risk Reward).

À ne pas confondre avec le POR

Ce ratio peut sembler similaire au POR (PayOff Ratio) que j’ai moi-même décris dans l’article « Les 2 paramètres à prendre en compte pour un money management costaud en trading« , mais il y a une différence majeure entre les deux que je vais expliquer rapidement et vous allez comprendre.

Le POR permet de mesurer un résultat connu et précis basé sur la moyenne d’une multitude d’opérations (c’est pour cela qu’il est essentiellement utilisé en trading). Exemple, vous avez réalisé plusieurs opérations immobilières dans les 10 dernières années et vous pouvez calculer votre POR tout simplement en faisant la moyenne des gains que vous avez obtenus sur chaque opération fructueuse, divisé par la moyenne des pertes obtenus sur vos transactions plus difficiles…

Alors que le Risk Reward se calcul à partir d’un certain risque que vous êtes prêt à prendre mais qui n’a pas encore été pris et d’un gain que vous êtes capable d’obtenir potentiellement mais qui n’a pas encore été obtenu.

Le RR est donc un ratio que j’appellerai « de prévision » alors que le POR est un ratio que j’appellerai plutôt « de finalité ».


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !


LECTURE CONSEILLEE :

Les 2 paramètres à prendre en compte pour un money management costaud en trading

credit-squeeze-522549_640Le money management est au trader ce que le parachute est à l’aviateur… Une sécurité indispensable à sa survie. Il est clair que pour gagner de l’argent, le trader se doit d’accepter d’en perdre régulièrement, c’est inévitable. Pour cela, il va donc mettre en place un système qui lui permettra de préserver son capital un maximum en établissant des règles strictes et devra également s’infliger une auto-discipline d’acier afin de respecter ces dernières… Mais de quelles types de règles se compose le money management ?

1 – Préserver son outil de travail, le capital

Le perte maximum acceptée par position

La première règle que le trader devra mettre en place est celle qui consiste à se fixer une perte maximum à accepter par position. Il est bien évident que sur un capital de 50.000$ par exemple, le risque de perte maximum sur un seul trade ne sera pas de 10.000$ (20%) car il suffirait de 5 pertes d’affilés pour que le trader voit son capital décimé.

En règle générale, le risque établi par le trader se situera entre 0,1% et 5% de son capital suivant son style (day-trading, swing-trading, scalping) et de son niveau. Par exemple, il est fortement conseillé pour un débutant de commencer avec un risque minimum (0,1%) et de revoir progressivement son risque en fonction de l’évolution de son niveau.

En ce qui me concerne (day trading sur actions US), l’idée est de débuter avec 0,1% du capital risqué par position et de me fixer un objectif de 0,90% de performance hebdomadaire. Si cet objectif est réalisé durant 2 voire 3 semaines consécutives, alors le risque par position se verra évoluer de 0,1% à 0,15%, l’objectif hebdomadaire évoluant lui aussi en conséquence, et ainsi de suite…

achievement-18134_640Cette stratégie de money management permet de faire évoluer votre performance et donc votre capital de manière exponentielle mais ATTENTION, nous venons seulement de voir la première règle, à savoir la mise en place d’un risque maximum par positionnement, mais si vous faites 200 trades dans la journée en ayant perdu 80% de ces derniers, dans quel état sera votre capital ainsi que votre moral ?

La perte maximum acceptée sur différents horizons de temps

investment-2400559_640Une fois la perte maximum acceptée par trade bien définie, il sera fortement conseillé au trader de se fixer une limite de perte par jour, par semaine, et même pourquoi pas par mois. Encore une fois, avant même de penser à gagner de l’argent, il est indispensable de protéger un maximum et par tous les moyens son outil de travail, autrement dit son capital alloué au trading.

En fixant une limite de perte sur différents horizons de temps, le trader évitera de dilapider son capital dans le cas ou il entrerait dans un comportement d’irrationalité, de suractivité et donc de folie. N’oublions pas qu’un trader reste avant tout un être humain, d’où l’importance pour celui-ci de réaliser un travail psychologique et mental considérable avant même de prendre ses premiers trades. Je me souviens d’ailleurs que le premier module de la formation Master TKL que j’ai suivi était entièrement consacré à la psychologie, et c’est une fois en situation devant mes écrans que j’ai consciemment réaliser l’immense importance de cette partie, mais nous y reviendrons juste après…

no-987086_640Donc pour reprendre mon exemple personnel, au même titre que le risque fixé par position, la perte maximale sur les différents horizons de temps établie évoluera également en fonction de votre niveau. Pour ma part, avec un risque de 0,1% par trade, ma perte maximum journalière sera de 0,3%, ce qui m’obligera à retirer mes mains du clavier en cas de 3 pertes consécutives. Cette situation m’indique clairement que je ne suis pas au meilleur de ma forme ou bien que j’ai tenté de trader un marché mou et pas optimal ce qui dans tous les cas, m’amène à stopper net mon activité de trading pour la journée et à me remettre en question !

2 – Les indicateurs clés dans le suivit de la performance du trader

dial-icon-2797347_640.pngSi d’un côté il est indispensable de fixer des règles obligatoires pour la préservation de son capital, le trader devra également être capable de mesurer avec précision sa performance afin d’être conscient des critères sur lesquelles ils devra travailler afin de l’optimiser davantage.

Le pourcentage de réussite

Cet indicateur doit être en permanence connu par le trader. En effet, celui-ci lui indique clairement si ses trades gagnants sont plus nombreux que ses trades perdants et vice versa. Cet indicateur se calcul  simplement de la manière suivante:

%réussite = Nombre de trades gagnants / Nombre de trades TOTAL

Exemple: Un trader qui aura pris au total 76 trades dont 44 seront gagnants, aura un pourcentage de réussite de: 44 / 76 = 58%

L’ideal vous me direz sera d’avoir un pourcentage de réussite d’au moins 50% et je vous répondrai bien évidemment que oui, cependant un trader pourra également dégager une performance positive avec un %réussite inférieur à 50% mais pour cela son Pay Off Ratio (POR) devra être extrêmement costaud. Pas d’inquiétude, nous allons étudier cet indicateur juste après.

Pour ma part ainsi que pour une logique majorité des traders, le %réussite à soutenir sur la durée sera d’au minimum 55/60% ce qui veut dire que la majorité des trades sont gagnants ce qui valide l’efficacité de la stratégie de trading en ce qui concerne le positionnement et pour être plus précis, le timing d’entrée de chaque trade.

Toutefois, s’il est possible de dégager une performance positive avec un %réussite inférieur à 50%, il est également possible d’avoir une performance négative avec un %réussite supérieur à 50%… Pourquoi ? Encore une histoire de POR. Mais qu’est-ce que ce fameux POR ?

Le Pay Off Ratio (POR)

Cet indicateur est également très important pour le trader car celui-ci lui révèlera si ses gains en moyenne sont plus élevés ou moins élevés que ses pertes moyennes. Cet indicateur se calcul de la manière suivante:

POR = Gains moyens / Pertes moyennes

Exemple: Un trader à gagné en moyenne 76$ / trade et perdu en moyenne 62$ / trade, son POR est donc de 76 / 62 = 1,23

Vous remarquerez donc que l’idéal sera de maintenir un POR supérieur à 1 ce qui validera la stratégie en matière de gestion de position du trader car en effet, cela signifie que le trader gagne en moyenne sur chaque trade gagnant plus qu’il ne perd sur chaque trade perdant. Cependant, au même titre que pour le %réussite, il est possible de générer une performance positive avec un POR inférieur à 1 et vice versa, négative avec un POR supérieur à 1, d’où l’importance, vous l’aurez compris, de maintenir un juste équilibre entre ces deux indicateurs, le %réussite et le POR.

L’idéal en ce qui me concerne afin d’entretenir une performance intéressante sera de maintenir une bonne stabilité des deux indicateurs en visant un %réussite d’au moins 60% avec un POR d’au moins 1,50. Ceci étant dit, c’est bien malheureusement plus facile à dire qu’à faire !

play-1014042_640En effet, à court terme ces deux indicateurs risquent d’être volatiles ce qui est normal et je m’explique: En analysant votre performance chaque semaine, les chiffres révélés par les indicateurs seront parfois plus bas, bien plus bas, plus haut ou bien plus haut que la semaine précédente ou celle d’avant. L’important sera donc de travailler et d’adapter sa stratégie en permanence afin de maintenir et de stabiliser ces indicateurs au niveau souhaité sur le long / très long terme.

En conclusion

Encore une fois ce n’est bien évidemment pas la seule manière de construire un money management et de suivre sa performance en continue, d’autant plus que cela peut dépendre non seulement de votre style de trading mais également de votre personnalité et votre aversion au risque.

Cependant pour un day trading sur action US, ce qui est mon cas, cette méthode est particulièrement efficace pour une personne qui comprend l’importance de préserver son capital avant de viser la performance.

Gardez bien en tête que le trading c’est comme le business, l’argent ne tombe pas du ciel ! Il est donc primordial dans un premier temps d’apprendre à l’apprivoiser petit à petit et à s’en servir intelligemment, sinon c’est l’argent qui se servira de vous…  Seul le travail paye à long terme ! Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une longue vie prospère dans le monde du trading !


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !


LECTURE CONSEILLEE :

Débuter en trading… Spécialisez-vous !

Vous sortez d’une grosse formation solide en trading en ayant étudié divers styles et diverses techniques ? Le temps est venu désormais de faire un choix et de vous spécialiser sur un seul type de marché ! Un chirurgien ne peut pas être cardiologue et neurologue à la fois, en trading c’est la même chose. Mieux vaut être excellent sur un type de marché que moyen sur plusieurs…

Essayer pour se décider

question-mark-1019993_640La première question à se poser lorsque l’on met un pied dans le monde du trading est : que vais-je trader ? Les actions ? Le forex ? Les futures sur indices ? Les crypto-monnaies ?… Il est tout à fait normal d’hésiter mais c’est surtout très important de faire un choix. Donc le meilleur conseil que je puisse vous donner à ce niveau là va être tout simplement d’essayer.

Cela peut vous sembler long et fastidieux mais si vous n’avez vraiment aucune préférence et aucune idée des avantages et inconvénients des différents marchés en ce qui vous concerne, c’est la seule manière de pouvoir réellement vous faire une vraie opinion. L’avantage à notre époque est de pouvoir s’essayer sur n’importe quel type de marché à moindre frais avec un capital fictif, ce que l’on appel les comptes démo, donc il n’y a pas de raison dans un premier temps qui vous empêche de toucher un peu à tout.

Il n’est pas non plus nécessaire de consacrer toute une année pour vous tester sur les différents types de marché qui vous intéressent, vous pouvez très bien par exemple faire deux semaines sur le forex puis les deux suivantes sur les actions US etc… L’important est de faire vos tests les uns après les autres et non en même temps afin de rester focus et bien analyser le marché en question à chaque fois, en notant sur une feuille les avantages dans une colonne et les inconvénients dans une autre.

Ces avantages et inconvénients pour vous peuvent être sur ce que vous ressentez (ressenti au niveau du stress, des émotions etc..), au niveau des horaires de marché, de la rapidité du marché etc… Chaque point sera perçu d’une manière différente en fonction de chacun, suivant votre état d’esprit, votre comportement, votre mental, votre emploi du temps, donc vous seul êtes réellement capable de décider ce qui vous conviendra le mieux.

Travailler, travailler, puis travailler encore…

buffalo-1822581_640-minIl est clair que, comme n’importe quel métier, la connaissance théorique est une base indispensable, mais ensuite c’est bel et bien le travail et l’expérience qui fera la différence entre un trader moyen et un bon trader. S’il y a bien une chose que vous devez absolument garder en tête, c’est que rien n’est jamais acquis, aucune journée ne se ressemble et aucune martingale n’existe sur les marchés financiers.

Donc une fois votre marché idéal choisi, un travail de longue haleine (durée indéterminée, cela peut être 6 mois, 1ans, 2 ans… en fonction de chacun) vous attends ! Inutile de penser aux millions de dollars que vous pourriez amasser en commençant à trader avec votre propre capital et garder la tête sur les épaules en trouvant un courtier qui propose d’ouvrir un compte démo pour trader le marché qui vous concerne avec de l’argent fictif. Vous verrez très rapidement que vous aurez bien fait de le faire…

En effet, bien qu’ayant « bouffé » une multitude de graphiques à travers la formation, le premier jour face au marché en live, les choses sont totalement différentes. Bizarrement on a l’impression de tout oublier ce que l’on a appris et on se met à trader n’importe quoi n’importe comment… Rassurez-vous c’est tout a fait normal, après tout, un enfant sera toujours tout excité de jouer avec son nouveau joujou le premier jour. Cela vous permet de vous familiariser avec le passage d’ordres avec la plateforme et de recueillir vos premières sensations, bonnes ou mauvaises.

Mettre la théorie en pratique

doctor-650534_640-minPour reprendre l’exemple du chirurgien qui a choisi la cardiologie comme spécialité, après avoir acquis toute les connaissances théoriques nécessaires, il va pratiquer, pratiquer et pratiquer encore sur des mannequins afin d’acquérir les automatismes et l’expérience exigé avant de risquer la vie d’un patient fait en chair et en os. En trading, le principe est le même, le capital fictif de votre compte démo est votre mannequin sur lequel vous aller pratiquer avant de risquer non pas la vie d’un patient mais votre capital financier réel.

notepad-1312280_640-minUne chose très importante à faire lors de cette phase pratique sera de tenir un journal de trading dans lequel, après chaque séance, vous noterai vos trades gagnants, vos trades perdants, pourquoi vous avez gagné, pourquoi vous avez perdu, si votre stratégie à bien été respectée et votre money management également. Toutes ces données sont importantes à analyser afin que votre cerveau repère petit à petit automatiquement ce qui fonctionne et se qui ne fonctionne pas en situation ; les situations où il faut éviter de se positionner, les situations où les probabilités sont le plus en votre faveur etc… Tout ceci varie en fonction des différents marchés, d’où l’importance encore une fois de se spécialiser sur un seul type de marché afin de ne pas embrouiller votre cerveau.

Un travail régulier pour une évolution exponentielle

Autre chose importante, la régularité ! Si vous souhaitez vous lancer dans le day trading par exemple (peu importe le marché), vous devez être présent quotidiennement sur les marchés et non pas faire deux jours de trading sur une semaine, puis quatre la suivante, puis une seule celle d’après… Pour devenir un pro, il faut faire comme les pros et travailler le plus régulièrement possible. Par exemple, si vous n’avez que deux jours par semaine de disponible ou bien que quelques minutes par jour à cause de votre emploi à plein temps que vous avez à côté, alors sans doute est-il préférable pour vous d’opter pour un swing trading. Votre temps disponible est d’une très grande importance dans le choix du style de trading que vous adopterez ainsi que le marché.

Donc surtout, ayez une vision long terme avant de vous décidez car le style de trading et le marché choisi doivent impérativement s’adapter à votre style de vie, je tiens vraiment à insister sur ce point car si vous travaillez sur un marché pendant plusieurs mois et qu’à un moment donné vous réalisez que certaines contraintes liées à ce marché entraînent un gros déséquilibre dans votre vie, certes, vous pourrez basculer sur un autre type de marché plus adapté, cependant il vous faudra tout reprendre de zéro. Mieux vaut tout mettre à plat dès le départ et avoir une vision de votre vie sur plusieurs années pour faire un choix optimal.

D’autres infos pour vous aider:

Vous trouverez dans cet article dont je suis l’auteur des idées de courtiers sérieux en fonction de votre style de trading et de votre marché.

Dans celui-ci je dévoile toutes les pièces détachées de ma station de trading que j’ai montée moi-même (enfin… c’est plutôt mon frère qui a fait le boulot…), cela peut vous inspirer et surtout vous éviter d’investir bêtement dans les stations de trading vendues toute faites à 5000€, la mienne est aussi performante et m’en a coûté moins de 1500€…

Bon courage, travaillez bien et tous mes voeux de réussite dans votre activité de trading :=)


thinpaperback_795x1003

Dans cet ebook « Psychologie en trading » (100% gratuit), je t’offre l’occasion de gagner du temps en partageant avec toi les 6 erreurs liées à la psychologie qui m’ont pris du temps à réaliser avant de pouvoir travailler à les corriger… Pour chacune d’elles, je t’explique comment les éviter afin que toi aussi, tu puisse enfin briser les chaînes qui empêchent ta performance de décoller ! À tout de suite 😀

Recevoir mon guide gratuit !


LECTURE CONSEILLEE :